Méthode et pédagogie

« Le métier d’acteur exige travail et don de soi. L’acteur, contrairement à l’homme ordinaire, ne se contente pas d’être paresseusement lui-même. Grâce à la fertilité de son imagination, à la multiplicité des moyens d’expression dont il dispose, il est un créateur à part entière ».

Il est du devoir du directeur d’acteur de respecter la personnalité et les singularités de chacun. Il s’adapte à l’acteur et non l’inverse.

Son rôle est de l’aider à utiliser au mieux son instrument, ses caractéristiques et son vécu pour entrer dans la fiction et servir au mieux le personnage qu’il est amené à jouer.

Le mécanisme de base pour l’acteur étant de se connaître et savoir comment « s’utiliser » dans les situations proposées par les textes (pièces de théâtre ou scenarii de cinéma).  

Le premier travail consiste donc à permettre à l’acteur d’éliminer ses résistances et ses blocages, à lui faire découvrir ou redécouvrir qui il est vraiment, ses possibilités jusqu’à sa propre extrémité, jusqu’à son épanouissement.

 

L’enseignement dispensé s’inspire à la fois d’expériences propres et du mixage de ce qu’il y a de fondamental dans les différentes méthodes et enseignements pratiqués qui vont de Stanislavski à Strasberg, en passant par Grotowski et Strehler.

S’il doit rester organique et vrai par l’action physique et la pensée réelle, l’acteur ne se confond pas pour autant avec son personnage. Il utilise ses pulsions, ses émotions, son vécu et ses différents centres dynamiques et sensoriels, mais il introduit une distance ludique entre les passions sollicitées par son rôle et les siennes. Il agit et vit en conscience, « il contrôle le non contrôle », c’est ce qui fait sa créativité.


 « Quand j’étais inspiré et que je faisais ce dont je rêvais en matière de jeu, je ne faisais pas ce qu’on m’avait enseigné. C’était intensément personnel, mais ce n’était pas ma vie. Je ne cherchais pas non plus reproduire la vie d’un autre, je me dépassais simplement et je dépassais mes habitudes sans oublier qui j’étais. Je me concentrais sur un monde imaginaire et dynamique, créant ainsi une nouvelle vie où se côtoyaient allègrement le réel et l’irréel. Ensuite, j’ajoutais le travail sur la construction du personnage et sur la fiction elle-même. »

 

Finalement, le professeur ou le directeur d’acteurs est simplement un inséminateur d’idées. Il forme, il entraîne, il met en situation, il ne formate pas. Il est simplement là pour ouvrir des portes, montrer des chemins, donner aux comédiens le goût de l’exploration, l’envie de créer et la possibilité de rêver.